votez pour ce site
Fédération des Associations Femmes Libertés
Association loi 1901
-----------------------------------------------------------------------------
Siège Social: 22 rue Boissière 75116 Paris

 

mise à jour le: 11/11/2007 à 22:44

Fédération des Associations Femmes Libertés

Retour accueil

LA F.A.F.L

Description
Le Bureau
Antennes A.F.L

Dernières Minute

Immigration
Analyse de l'actuelle crise politique et sociale
GREVES ? .....

ACTUALITÉS

EDITO
Grèves du 18 octobre
Guy Môquet
Réaction Actualité
Mot Rédaction
Les AFL comuniquent
Point politique
Libre Propos
Libre Propos suite

DIVERS

Nous contacter
Liens
Archives

Pour être au courant des mises à jour du site
inscrivez votre E-mail ci-après :

LE MOT DE LA REDACTION

 

Changeons de politique

Cessons d’abord de mettre encore plus d’argent public pour continuer de faire ce qui ne marche pas. Développons autrement les ressources allouées à nos quartiers pour permettre à leurs habitants d’accéder à une meilleure scolarité, à l’emploi et à un logement harmonieux.
- l’école :
L’immobilité massive du système éducatif et la nuisance conservatrice syndicale nous obligent à de nouvelles pratiques :
- une offre diversifiée de programmes et de méthodes à partir d’un socle commun de connaissances élémentaires.
- une réelle autonomie des établissements d’enseignement, l’abandon de la carte scolaire pour permettre de choisir son école. Osons de nouvelles expériences pour cesser de maintenir des enfants démotivés dans des écoles qui ne leur conviennent pas. (apprentissage à 14 ans, etc…).
Donnons à ceux qui arrivent en France légalement, parents et enfants qui ne parlent pas notre langue, un enseignement exigeant du français dans des classes spécifiques et un suivi dans leur processus d’adaptation à notre société. Faisons du rattrapage pour ceux, plus anciens, qui peinent en la matière.
Redonnons aux équipes pédagogiques le moyen de rétablir leur autorité de maîtres, remettons les pères dans leur rôle d’éducateurs responsables.
Des équipes-relais devraient systématiquement faire le pont entre l’école et les familles en difficulté car les abandonner ne serait pas digne de la République
- la formation :
Confier des formations mieux adaptées aux offres d’emplois à des associations réellement connectées au monde du travail et à ses réalités, animées par des représentants du secteur privé en relation avec les unions patronales.
- l’emploi :
A compétence égale pas de discrimination à l’embauche ni dans le privé ni dans la fonction publique qui ne montre guère l’exemple.
Proposer des séminaires de remise à niveau correspondant aux compétences et besoins des individus dont aucun ne doit rester sur le carreau.
- les aides sociales :
Pas de droits sans devoirs. Récompenser l’effort et le mérite, aider ceux qui ont de vrais handicaps et encourager ceux qui veulent s’en sortir. Attirer des tuteurs bénévoles expérimentés pour étoffer les équipes professionnelles, pour conseiller et mettre sur rail de jeunes adultes qui veulent créer leur entreprise.
Les maires devraient avoir à leur disposition des jeunes du service civique volontaire et des retraités, salariés ou bénévoles, pour aller vers
les administrés et recenser les besoins, voir où ils pourraient être utiles, là où les budgets seraient insuffisants pour de telles missions. Ne laissons pas les fondamentalistes s’en emparer.
Il faut revenir à une démocratie participative, à des opérations expérimentales conçues à partir du terrain avec des acteurs de terrain bien formés pour permettre une réelle ascension sociale des quartiers vulnérables.
- la politique urbaine :
Il faut s’appuyer sur des organismes, élaborer des projets et exploiter des fonds où le secteur privé soit bien représenté et accorder davantage d’attention au partenariat public-privé.
L’Etat devrait faciliter la mobilité et la rotation dans les HLM (par des baux réduits dans le temps) pour accueillir les plus démunis et inciter à la sortie du locatif pour encourager ceux qui le souhaitent à devenir propriétaire. Les habitants devraient être mieux associés à la décision sur le type de rénovation à prévoir dans leur habitat et aussi à la gestion de leurs immeubles.
En résumé : un cocktail de mesures avec de la responsabilisation, davantage de soutien mais aussi de participation des habitants et du secteur privé voire bénévole vue l’ampleur des besoins.


Entretiens entre Christian Julienne,
Président de l’association Héritage et Progrès,
et Catherine Chastenet, FAFL

 



Conception-Réalisation-Maintenance © SinedProductions